philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Formation » Placement familial » Un rapport de l'IGAS sur le placement familial

Un rapport de l'IGAS sur le placement familial

Ce rapport de l'IGAS est important par les questions qu'il pose à partir de l'étude de 24 dossiers tirés au sort dans 5 départements ; étude complétée par des rencontres avec les acteurs impliqués dans ces mesures et aussi des décideurs et des chercheurs spécialistes du placement familial.
Le rapport pointe tout d'abord le peu de recherches faites sur ce secteur, les informations manquantes et structurellement difficiles à produire car les administrations n'ont ni une tradition de recherche ni l'habitude de coopérer entre elles ; ce phénomène est aggravé par la décentralisation.
Ainsi, dans les dossiers étudiés, il apparait qu'il aurait un nombre important de jeunes placés orientés vers l'enseignement spécialisé. Approfondir cette question est capital, mais pour le moment impossible du fait de l'absence de collaboration entre les MDPH et les services de l'ASE.

L'étude des dossiers fait apparaître des éléments récurrents :
  • soit des placements précoces, soit au contraire des placements tardifs liés à la volonté de tout faire pour éviter les placements ; dans les deux cas ils sont « à mettre en relation, dans la plupart des cas, avec le dénuement matériel, moral et intellectuel des parents qui présentent souvent, au long cours, de graves problématiques de handicap psychique ou psychiatriques ».
  • un grand nombre d'adultes gravitant autour de l'enfant et dont les missions sont rarement mises en cohérence dans le cadre d'un projet personnalisé (bien que la loi y oblige). En même temps la place de l'entourage d'assistant(e) familial(e)est très floue. Dans les dossiers (dont certains sont très volumineux) rien n'est dit de la relation de l'enfant à l'assistante familiale.
  • le rapport note des pratiques très différentes d'un département à l'autre,concernant les procédures, les outils et la recherche d'appariement entre profil de l'enfant et celui de la famille d'accueil. De même il y a diversifiaction inégale de l'offre (notamment concernant les PFS)
  • une place limitée accordée au placement familial dans les schémas départementaux
  • A partir des dossiers Stéphane PAUL et Bernard VERRIER posent la question des situations dans lesquelles le maintien des liens avec leurs parents est préjudiciable aux enfants. Ils proposent l'organisation d'une conférence de consensus à ce sujet.
  • la situation des assistants familiaux est précaire, tout particulièrement dés qu'il y a soupçon d'abus (soupçons souvent non confirmés). L'équilibre entre présomption d'innocence et principe de précaution est très difficile à trouver

Pour en savoir plus, voir le site web : www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000413/0000.pdf

Date de cet article : 2013-08-23


Philippe Fabry » Formation » Placement familial » Un rapport de l'IGAS sur le placement familial