philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Formation » Les problématiques du travail social » Marcel Sassolas. Soin psychique et précarité

Marcel Sassolas. Soin psychique et précarité

La revue sud-nord publie un texte important de Marcel Sassolas "soin psychique et précarité".
Ce texte présente très simplement des concepts utiles aux travailleurs sociaux, par exemple le concept "d'objets sociaux", "objets dont la particularité est d’être à la fois très fortement investis et très concrets : le métier, l’argent, le logement, les diplômes."
"(.) Cet objet social n’est pas réductible à sa réalité et à l’usage qui peut en être fait. Il a pour fonction essentielle de faire lien, de donner à celui qui en est pourvu un statut, une reconnaissance sociale, une valeur – aux yeux d’autrui comme aux siens propres."
Marcel Sassolas remarque au passage un élément qui me semble très important (et source de malentendus) pour les personnes qui viennent de société traditionnelles : "la particularité de la société actuelle est qu’ils ont supplanté dans cette fonction d’idéal social les objets non concrets qui partageaient cette place avec eux dans notre culture autrefois – ou qui l’occupent encore dans d’autres cultures : l’intégrité morale, la sagesse, le savoir, l’amour du prochain, le salut éternel, l’amour de la patrie, etc. Le fait qu’ils puissent être acquis et possédés a pour corollaire qu’ils peuvent être perdus – ce qui n’est pas le cas des objets immatériels idéalisés."
Parce qu'ils ont pour fonction essentielle de faire du lien et d'étayer notre identité,ce sont donc des objets essentiels et leur perte attaque notre narcissisme.
Après avoir présenté la double dimension des troubles narcissiques, réactionnels à une situation actuelle mais aussi échos de failles dans les premières relations infantiles, Marcel Sassolas explique la particularité de l'accompagnement psychiatrique dans ces situations.
Les obstacles et les trois critères fondamentaux d'un accompagnements sont à méditer, et pas seulement par les psys. Les travailleurs sociaux, qui orientent beaucoup vers les psys, peuvent beaucoup contribuer à l'accès aux soins en analysant les obstacles et les facilitateurs dans l'accès à ces soins.
Le premier facilitateur, rencontrer la personne sur son territoire, et pas dans le bureau du travailleur social ou du psy, justifie à lui seul l'existence des équipes mobile de psychiatrie.
Le deuxième facilitateur, le groupe, qui permet des identifications croisées, est illustré par l'expérience de l'ALP à Villeurbanne.
Cette expérience évoque aussi l'approche du centre de santé mentale "le méridien" à Bruxelles

Pour lire ce texte cliquer ici

Date de cet article : 2013-11-23


Philippe Fabry » Formation » Les problématiques du travail social » Marcel Sassolas. Soin psychique et précarité