philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Formation » Psychopédagogie » Exercice d'empathie : le cas Marilyne

Exercice d'empathie : le cas Marilyne

Cet exercice est tiré d’un livre anglais publié par les Agences britanniques pour l’adoption et le placement familial (British agencies for adoption and fostering = BAAF). C’est le deuxième d’une série de trois ouvrages (non traduits en français) présentant les travaux de la psychothérapeute Vera Fahlberg :
- Attachment and separation, BAAF, 1981
- Helping children when they must move, BAAF, 1981
- Child development, BAAF, 1981.
Vera Fahlberg est une psychothérapeute nord-américaine et la BAAF a résumé en trois livres ses travaux dans le cadre d’une formation commune à 33 agences britanniques sur trois années (1980-1982). Je présente ici (ce sont mes débuts en tant que traducteur) le premier exercice.

Le cas Marilyne

Marilyne a vécu avec sa mère jusqu’à l’âge de 16 mois. Pendant sa première année il y a eu un signalement pour des négligences maternelles. Ce n’était pas trop grave et Marilyne fut maintenue à la maison.
Marilyne a 14 mois quand sa mère donne naissance à un garçon. À partir de là elle est négligée plus gravement et est placée, alors que son frère reste avec la mère. Ultérieurement il sera lui aussi placé, dans une autre famille.
Quand Marilyne est accueillie, l’équipe de l’agence pense qu’elle sera trop troublée si elle continue à voir sa mère. Les travailleurs sociaux préconisent alors une "période d’ajustement" pendant laquelle il n’y aura pas de visites. Après cette "période d’ajustement", Marilyne et sa mère semblent s’être si bien "ajustées" à la séparation qu’à la fois la mère et les intervenants sont réticents à une reprise de contact. La mère renonce à ses droits et abandonne officiellement Marilyne 6 mois plus tard. Elles ne se reverront plus.
Marilyne est une enfant précoce, vive, et elle est devenue un membre très apprécié de sa famille d’accueil, qui veut l’adopter. Cependant l’équipe de l’agence est par principe hostile à ce type d’adoption. De plus les intervenants considèrent qu’il y a un problème de confidentialité, la famille d’accueil connaissant la mère de Marilyne. Par ailleurs, la demande d’adoption de la famille d’accueil peut se réaliser, puisqu’un garçon pris en charge par une agence privée vient de devenir adoptable.
Ce garçon est alors placé dans cette famille d’accueil en vue d’adoption, et un autre projet d’adoption se met en place pour Marilyne.
Une famille adoptive située à une distance de 500 kilomètres est sélectionnée. L’organisation initiale était que la famille adoptive viendrait chercher Marilyne à l’agence et passerait une journée entière avec elle. Il était prévu ensuite qu’elle soit raccompagnée par un travailleur social dans sa famille d’accueil pour y passer sa dernière nuit et que la mère d’accueil la ramène le lendemain à l’agence où sa famille adoptive viendrait la prendre pour l’amener chez elle. Il n’était pas prévu de rencontre entre les deux familles.
La première rencontre se passa très bien, comme c’est souvent le cas pour les premières visites. Les parents adoptifs demandèrent à Marilyne si elle souhaitait passer la nuit avec eux et elle répondit oui. Ils appelèrent alors le travailleur social qui accepta de changer l’organisation prévue.
Le jour suivant, la famille adoptive ramena Marilyne à l’agence pour qu’elle puisse faire ses adieux à sa famille d’accueil. Le père d’accueil qui était au travail, très bouleversé par cette séparation, dit au revoir par téléphone. Le travailleur social emmena alors Marilyne un étage plus bas pour qu’elle retrouve la famille adoptive qui l’attendait pour partir avec elle.
Sa famille adoptive changea le prénom de Marilyne pour qu’elle puisse ressentir qu’elle démarrait "une nouvelle vie".
Marilyne avait de longs cheveux naturellement bouclés que la mère d’accueil aimait brosser. Elle le faisait de façon à être proche physiquement de Marilyne, dans une relation enrichissante. Elle alimentait ainsi l’estime de soi chez Marilyne, la complimentant pour cette belle chevelure et pour sa beauté.
La mère adoptive ne connaissait pas cette histoire et avait suggéré de couper les cheveux de Marilyne "pour qu’elle ressemble à sa soeur aînée". Marilyne avait acquiescé.
J’ai rencontré Marilyne quand elle avait quatre ans et demi. À cette époque elle était en permanence dans des luttes de pouvoir. Par exemple elle ne devait pas quitter la cour sans permission. Marilyne ne sortait pas de la cour, mais s’asseyait sur le mur, jusqu’à ce qu’elle soit sûre que sa mère regarde à la fenêtre, et alors elle s’enfuyait. Si on lui demandait de participer, par exemple mettre la table, ce n’était quasiment jamais fait.
Dans certains domaines elle paraissait trop compétente, ne demandant jamais d’aide. Marilyne n’arrivait pas à trouver une position confortable sur les genoux de ses parents. Elle ne pouvait pas se pelotonner. Elle devait affronter de nombreuses peurs, la plus importante étant la peur des étrangers. À chaque fois que la famille avait des invités, Marilyne se montrait alternativement agitée et collante, accaparant l’attention.

Document n° 1.1 : pour remplir ce tableau, vous devez essayer de vous mettre à la place de Marilyne.

Ce qui est arrivé à Marilyne
Chercher les messages sous-jacents
1. Placement en famille d’accueil juste après la naissance de son frère..........
2. Pas de contact avec sa mère au début du placement..........
3. Jamais de contact avec son frère..........
4. Le placement d’un garçon dans la famille d’accueil peu avant le départ pour adoption de Marilyne..........
5. Marilyne avait appris à faire confiance et à aimer sa famille d’accueil avant de devoir partir..........
6. Le changement de l’organisation dans la mise en relation avec sa famille adoptive..........
7. Pas de retour dans la famille d’accueil après cette rencontre initiale..........
8. Absence de contact direct lors de l’adieu au père d’accueil..........
9. Manque de contact entre famille d’accueil et famille adoptive..........
10. Changement de nom à l’âge de 2 ans et demi..........
11. La coupe de cheveux..........
12. L’absence de tout type de contact (pas de photos, de lettres ou de contacts) avec la famille d’accueil après la séparation...........

Document n° 1.2 : exemples de réponses possibles : les propositions de Vera Fahlberg.

Ce qui est arrivé à Marilyne : messages sous-jacents possibles.

  1. Placement en famille d’accueil juste après la naissance de son frère => Maman préfère mon frère.
  2. Pas de contact avec sa mère au début du placement => Maman a disparu ou n’aime pas Marilyne.
  3. Jamais de contact avec son frère => Être frère et soeur n’est pas important.
  4. Le placement d’un garçon dans la famille d’accueil peu avant le départ pour adoption de Marilyne => Quand un bébé de sexe masculin arrive, Marilyne doit partir.
  5. Marilyne avait appris à faire confiance et à aimer sa famille d’accueil avant de devoir partir => Quand vous aimez quelqu’un et lui faites confiance, il disparaît.
  6. Le changement de l’organisation dans la mise en relation avec sa famille adoptive => Les sentiments qu’elle avait pour sa famille d’accueil, et ses peurs des personnes nouvelles, ne sont pas importantes.
  7. Pas de retour dans la famille d’accueil après cette rencontre initiale => Les gens peuvent disparaître et des étrangers peuvent vous kidnapper et vous garder.
  8. Absence de contact direct lors de l’adieu au père d’accueil => Le père d’accueil s’en moque et il ne faut pas avoir de sentiments.
  9. Manque de contact entre famille d’accueil et famille adoptive => La famille d’accueil et la famille adoptive ne s’aiment pas.
  10. Changement de nom à l’âge de 2 ans et demi 10 => "Marilyne" était mauvaise.
  11. La coupe de cheveux => La façon dont Marilyne était proche de sa mère d’accueil ne convient pas à sa nouvelle mère.
  12. L’absence de tout type de contact (pas de photos, de lettres ou de contacts) avec la famille d’accueil après la séparation => Ils ont disparu.
Document n° 2.1 : pour remplir ce tableau, vous devez essayer de vous mettre à la place de la mère adoptive.

Attitudes de Marilyne
Chercher les messages sous-jacents pour les parents
1. Grimper sur le mur..........
2. Faire son lit et ranger sa chambre sans qu’on lui demande (à 4 ans et demi)..........
3. Ne pas réagir quand on lui demande de l’aide..........
4. Ne pas pouvoir faire des câlins..........
5. La peur des étrangers..........
6. ....................

La 6e ligne est vide pour que vous puissiez vous-même choisir une attitude de Marilyne et le message sous-jacent possible pour la mère adoptive.

Document n° 2.2 : du point de vue de la mère adoptive : les réponses proposées par Vera Fahlberg.

Attitude de Marilyne : messages sous-jacents possibles pour les parents.

  1. Grimper sur le mur => Elle teste les limites.
  2. Faire son lit et ranger sa chambre sans qu’on lui demande (à 4 ans et demi) => Elle n’a pas besoin de parents.
  3. Ne pas réagir quand on lui demande de l’aide => Elle est provocante.
  4. Ne pas pouvoir faire des câlins => Elle est froide, elle n’a pas de sentiments, elle ne m’aime pas.
  5. La peur des étrangers => Elle me fait paraître mauvaise, comme parent face aux autres.

Date de cet article : 2006-01-23


Philippe Fabry » Formation » Psychopédagogie » Exercice d'empathie : le cas Marilyne