philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Formation » Les problématiques du travail social » Serge Paugam analyse les processus de ruptures sociales

Serge Paugam analyse les processus de ruptures sociales

Intervention de Serge PAUGAM au CNAM, Chaire de travail social
Le 7 novembre 2003
Serge PAUGAM est directeur de recherche à l'IRESCO

"La conférence traite du rapport entre ruptures sociales et disqualification sociale… Les deux sont liées à des conditions structurelles et peuvent être différentes d'une culture à l'autre, d'une époque à l'autre.
Qu'est ce qu'il y a de plus dans la notion de disqualification sociale qui n'est pas contenue dans la notion de rupture sociale ?
Mon cadre de recherche est en lien avec des matériaux empiriques, non déconnectés du terrain.
Dans toute recherche, au fond, il s'agit de passer d'un sujet de recherche à un objet de recherche ; d'un sujet qui a à voir avec de l'intime, qui a à voir avec soi et son rapport au monde (les femmes sont plus intéressées par les recherches sur les questions de genre par exemple) à un objet de recherche.
Il faut donc interroger les pré-notions qui sont à l'origine du choix du sujet.
La disqualification sociale est le fruit d'un travail ancien et initialement il s'agissait d'un travail autour de la notion de pauvreté.
Plan de l'intervention :
1. Les ruptures sociales

  • Le lien de filiation
  • Le lien d'intégration
  • Le lien de citoyenneté
  • Autres dimensions des ruptures de lien
2. Les raisons des ruptures sociales
3. Les conditions structurelles de rupture
4. L'analyse de la disqualification sociale
  • Les dimensions de la disqualification :

1. Les ruptures sociales
La question est d'abord la question des ruptures des liens sociaux, entendue comme au-delà de la question de la crise du lien social, devenue une notion du sens commun avec le risque d'être dans une confusion de sens, tous les problèmes de la société devenant possiblement de l'ordre de la crise du lien social.

Il faut spécifier, distinguer notamment 3 types de lien :

  • Le lien de filiation
  • Le lien d'intégration
  • Le lien de citoyenneté

Le lien de filiation
Le concept sociologique "utile" est le concept de socialisation, notamment primaire ; un lien basique, non choisi, qui détermine, qui rattache à une origine sociale, de manière grossière parfois, comme par exemple la CSP du père retenue…
C'est aussi la transmission des habitus (Norbert Elias, Weber, Bourdieu…), d'un héritage culturel, mais c'est aussi une appartenance, un attachement (voir les psychologues sociaux), même si pour les sociologues il est difficile de prendre en compte la dimension de l'affectif, des émotions, des pulsions d'attachement, constitutive du lien à l'autre, première "figure dominante" de ces liens d'attachement.
Ce lien de filiation est essentiel parce qu'il est premier ; c'est celui qui continue à déterminer tout au long de la vie, particulièrement dans les relations amoureuses, dans les choix amoureux.

Les ruptures du lien de filiation peuvent être diverses, comme le décès, le rejet, l'abandon, la maltraitance, le placement.

A partir de ces ruptures, les pulsions d'attachement ne seront jamais satisfaites et provoqueront une recherche permanente d'une "figure dominante d'attachement" à la fois idéale et illusoire.Le risque par exemple pour un homme dans cette situation est de trop attendre de sa femme, qu'elle soit à la fois une femme et une mère, avec un risque accru d'échec.
Dans une fratrie, les relations entre frères et sœurs peuvent être à l'aune des préférences parentales ; des destins contrastés dans une fratrie peuvent être liés aux investissements des parents dans le cadre de la socialisation primaire.
Les conditions de la socialisation primaire sont bien décrites par Oscar LEWISS ("la vida", "les enfants de Sanchez").
Par exemple, parmi les allocataires du RMI, 18,6% (- de 1% en population générale) ont été placés. L'enquête réalisée par la FNARS montre des chiffres encore plus élevés. Ces constats ne font pas causalité pour autant mais invitent à réfléchir à ces constats de corrélation. La seule façon de définir de la causalité est de suivre des populations sur de longues périodes et encore faudrait-il pouvoir prendre en compte tous les facteurs en jeu, la complexité des situations…

Le lien d'intégration
L'individu est mis en relation avec d'autres instances de socialisation, des rencontres d'autres univers, comme l'école qui entre dans la catégorie des socialisations secondaires. Il y a là un apprentissage d'autres manières de se comporter et d'autres savoirs.
Les activités de type sportives ou culturelles permettent aux enfants de s'introduire aux choix de l'enfant, non résultante d'une obligation, d'où la question de l'intégration, qui a ainsi une dimension de "volonté", d'un "nous" quelque peu choisi, construit par l'individu lui-même. Ce peut être dans une dimension de faire partie d'un groupe mais aussi de ne pas faire partie d'un autre groupe ; un choix "pour" et/ou un choix "contre"… dans un acte d'appartenance par décision personnelle, dans une société de solidarité organique (voir Durkheim) et dans une dynamique d'attraction/répulsion.
C'est un processus qui ne se termine pas, qui s'inscrit dans la vie professionnelle, qui nous fait exister en tant qu'être social, c'est l'homo sociologicus qui existe par le regard de l'autre, par la reconnaissance de l'autre, dans une construction de son identité par le rapport à l'autre, individu et groupe.
L'individu au travail peut se sentir rejeté, non reconnu, dans un rapport à l'autre cassé ("l'ambiance est dégueulasse").
La question de la bande, de la délinquance est une forme d'intégration, constitué d'un système normatif de référence, d'un code d'honneur à respecter qui structure un rapport aux membres de la "bande", du groupe social ainsi constitué.
Les modes d'intégration sont différentes d'une culture à l'autre. Les ruptures des liens d'intégration sont le chômage, l'échec scolaire, l'emprisonnement, la retraite ( Voir "De la retraite mort sociale à la retraite solidaire" d'A.M Guillemard)…
Il peut y avoir également une intégration disqualifiante, comme un emploi précaire, incertain, à domicile…

Le lien de citoyenneté
L'appartenance à une nation relie à d'autres individus qui ont une identité commune, celle d'appartenir à la même nation.
Ce lien est en même temps plus flou, plus abstrait, qui se détermine dans des papiers d'identité par exemple. Il est une sorte de transcendance, de dépassement, de droits et de devoirs.
Les devoirs du citoyen sont multiples, respect de la loi, respect des institutions… Les droits sont également divers, comme les droits sociaux, peut-être les plus complexes et liés en partie à la condition de salariat.
La rupture du lien de citoyenneté est par exemple la perte des papiers, quelque chose qui ne rattache plus ; les discriminations raciales implicites qui "rejettent" le différent dans une zone de sous-citoyenneté ; le fait de ne pas être inscrit sur les listes électorales…

Autres dimensions des ruptures de lien
Dans le travail réalisé ces dernières années se développe l'idée d'un enchaînement des ruptures et ainsi de parcours de ruptures ; une rupture peut en enchaîner d'autres, simultanément ou non… On est dans des ruptures cumulatives.
Une enquête sur la nature de la situation de l'emploi en lien avec un indice d'instabilité conjugale montre que les personnes stables dans un emploi sont moins instables sur la question de la conjugalité ; et plus on s'éloigne de cette stabilité professionnelle, plus l'instabilité conjugale augmente, en particulier pour les hommes.. (Idem pour l'indice de conjugalité).

Les chômeurs de longue durée sont moins aidés par leur famille que ceux de courte durée,et plus exclus donc… cette situation est sans doute liée à la question du don et du contre-don ; quand on n'a plus rien à donner, on ne peut plus recevoir puisque l'on a rien à rendre.
Dans les différentes ruptures, les causes objectives de rupture peuvent conduire, ou renvoyer à des vécus subjectifs de la rupture, de souffrance, de douleur, d'angoisse. L'objectif et le subjectif sont très intimement liés.
Les ruptures peuvent-elles être positives ? Voir F. de Singly et la notion de désaffiliation positive par exemple. En même temps, il est important de ne pas oublier les inégalités et le fait que chacun n'a pas les mêmes ressources pour supporter les ruptures selon son capital culturel, scolaire etc.
La désaffiliation intervient dans ce processus de rupture, dans notamment dans les ruptures des liens familiaux et des liens de sociabilité, en particulier le travail (voir R. Castel). Le processus de désaffiliation et de disqualification est ainsi cumulatif, conduit à un isolement, une exclusion du groupe social d'appartenance (ou des groupes sociaux d'appartenance, du fait de l'effet cumulatif).

2.Les raisons des ruptures sociales
Voir l'enquête "Détresse et ruptures sociales" de la FNARS réalisée par S. Paugam. Les résultats sur 1200 personnes montrent que plus d'1/4 des enquêtés disent avoir eu des difficultés dans leur enfance.
Les enquêtés ont retracés leur propre trajectoire et notamment ce qui est arrivé en premier, et ce qui a été le plus important.
En premier, dans leur interprétation, c'est la rupture du couple (15% pour les hommes, 25% pour les femmes), puis les difficultés dans l'enfance, la perte de l'emploi.
C'est ce qui renvoie à l'affectif qui arrive en premier et ça renvoie aussi à la prise en compte de la subjectivité des personnes dans ce qu'elles rapportent de leur parcours.

3.Les conditions structurelles de rupture
La désaffiliation ne se vérifie pas dans tous les pays, elle varie en fonction du contexte, des sociétés, de la nature des liens sociaux en place.
On vérifie cette désaffiliation en France, plus que dans d'autres pays européens, en particulier dans le sud de l'Europe. Le chômage n'est pas une cause de désaffiliation, il n'entraîne pas les mêmes conséquences et dépendent des conditions de structuration du lien social ; on est plus aidé par la famille quand on est chômeur de longue durée par exemple dans certains pays comme l'Italie, l'Espagne, la Grèce.
Les mécanismes de la protection sociale sont très différents et montrent que les pays où la désaffiliation est moins grande sont les pays où les aides publiques sont moins structurées. Les solidarités familiales sont moins sollicitées et du coup sont moins mobilisables.
En France, on attend que l'état prenne en charge ces difficultés…
En Italie, le chômage des jeunes est un chômage d'attente non problématique.
Le sens donné à la rupture est différent suivant les cultures et pour l'analyse, on doit tenir compte des conditions structurelles d'émergence de ces ruptures.
Les représentation évoluent aussi dans le temps. Les enquêtes sur la pauvreté faites en 1970 et aujourd'hui ne sont pas identiques. Les concepts doivent donc être datés. Les mêmes mots peuvent exprimer des réalités différentes.
La notion de pauvreté en est un bon exemple.

4.L'analyse de la disqualification sociale
Qu'est ce qu'il y a de plus dans la disqualification sociale par rapport à la rupture des liens sociaux ???
Il y a une stigmatisation individuelle par un statut attribué à une personne par les autres. Il y a intériorisation d'une image négative de soi, une perte de confiance en soi, une augmentation de l'anxiété.
En plus de la perte de lien, il y a une affectation de l'individu dans ce qu'il est, au plus profond de lui.
Pour exister, il leur faut retourner le sens de cette situation (enquête sur les anciens domestiques de ferme, thèse de Paugam). Il leur faut résister au stigmate, le retourner, rechercher une nouvelle valorisation de soi, comme par exemple l'investissement d'une identité parentale, d'un militantisme…
Ce sont aussi des mécanismes de défense, de survie.
L'isolement total conduit à la "psychotisation", au recours à l'imaginaire, à l'invention de sa vie…

Les dimensions de la disqualification s'incrivent dans un processus en quatre temps :
1.La rupture du lien social
2.La stigmatisation

  • d'abord la fragilité
  • puis la dépendance
  • puis la rupture
3.Enfin la perte d'intégration
4 L'assistance maintient alors le lien social.

Conclusion
La disqualification n'est pas un concept universel ; elle est liée à des conditions structurelles d'émergence comme :

  • la dégradation du marché de l'emploi
  • les liens sociaux instables et fragiles, notamment les solidarités familiales
  • la protection sociale est non universelle, catégorielle, où les pauvres sont pris en charge de façon éclatée, dans une logique de statut et non de besoin

Il se doit en même temps d'être complété par d'autres concepts pour prendre tout son sens".

LIRE : "Les pauvres" de Zimmel, PUF

Le 29 mars 2014, Serge Paugam est venu présenter le livre "L'intégration sociale au prisme des inégalités" qui poursuit la recherche présentée plus haut :

Date de cet article : 2006-05-01


Philippe Fabry » Formation » Les problématiques du travail social » Serge Paugam analyse les processus de ruptures sociales