philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Formation » Institutions et services innovants » L'école Finlandaise, un modèle de travail social

L'école Finlandaise, un modèle de travail social

"Grâce à l’autonomie très large dont elles disposent, les écoles finlandaises ont mis en place des solutions multiples et variées pour prendre en charge efficacement tous les élèves, quelles que soient leurs difficultés. Cette vidéo, tournée lors de mon second voyage en Finlande en février 2009, montre comment deux écoles situées dans des banlieues très différentes d’Helsinki, apportent chacune des réponses adaptées à la problématique de leurs élèves. Pas de vérité pédagogique unique, pas de solution toute faite imposée d’en haut. Mais une même volonté réelle de s’adresser à tous les élèves sans en laisser aucun de côté."

Paul Robert, Principal du collège Le Redounet à Uzès (Gard), montre dans ces reportages le travail accompli en Finlande pour permettre au maximum d'élèves de réussir scolairement mais surtout humainement . Ce travail, très pragmatique, s’appuie sur des valeurs : chaque élève est important ; un enfant en difficulté est avant tout un enfant qui a besoin qu’on lui consacre du temps (il peut avoir manqué d’un figure d’attachement assez stable) ; ne pas faire redoubler ; ne pas exclure. Alors qu’en France la disparition des RASED a débuté, les écoles Finlandaises mettent de gros moyens pour le soutien spécialisé : un professeur par niveau.
Par ailleurs la décontraction des relations, l’activité tranquille, font contraste avec l’obsession française du maintien de l’ordre scolaire. Un élément d’explication tient sans doute au fait que les adultes travaillent beaucoup ensemble ; il y a beaucoup moins de face à face prof-classe. Il y a aussi un travail intense de collaboration entre élèves ; les plus rapides se dépêchent de vérifier (en auto-contrôle) qu’ils ont bien compris et filent aider leurs camarades. Ainsi le professeur a plus de temps à consacrer aux élèves ou en difficulté. Ce sens du collectif, y arriver tous, est une aussi une valeur essentielle qui indique un autre mode de compétition scolaire : pas l’obsession très française du classement, mais la recherche des meilleures conditions pour que chacun puisse donner le meilleur de lui-même, dans un hétérogénéité de niveaux acceptée.
Cela donne une excellence collective plus réjouissante, à un niveau démocratique, que l’élitisme républicain sur lequel repose notre système.

Voir aussi la 2° vidéo: "Finlande : une relation éducative apaisée".
et un interview de Paul Robert sur le site www.cafepedagogique.net

Voir en particulier l'explication du remplacement des classes par des modules, avec beaucoup de choix possibles pour les élèves. Cela fait penser à la notion anglo-saxonne d'empowerment : la liberté augmente avec la possibilité de faire des choix…

Date de cet article : 2009-07-23


Philippe Fabry » Formation » Institutions et services innovants » L'école Finlandaise, un modèle de travail social