philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Livres » Gérard Neyrand : L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée

L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée, par Gérard Neyrand

Ce livre me semble important pour les travailleurs sociaux, car au-delà de la question de la résidence alternée, il aborde des questions sociales majeures : la difficulté d’être père dans les milieux populaires du fait de l’émancipation des femmes et du déclin des valeurs patriarcales ; une approche comparative très riche montrant les rapports entre positions sociales, valeurs familiales et processus de « qualification » parentale. Enfin, les travailleurs sociaux provenant de plus en plus des classes moyennes, ce livre peut les aider à percevoir le risque de projeter leurs modèles socioculturels dans des situations dans lesquelles les personnes des classes populaires se réfèrent à d’autres valeurs.

A partir de l’examen de la garde alternée comme solution permettant aux enfants de garder des liens avec leurs deux parents après une séparation ou un divorce, Gérard Neyrand présente une typologie des séparations familiales et montre que les trajectoires familiales divergent selon les milieux sociaux. Les valeurs, la différenciation des rôles sexuels, n’y sont pas les mêmes.
Comprendre ces différences permet donc d’ appréhender la difficulté des hommes des milieux populaires à maintenir les liens avec leurs enfants après la séparation. Les divorces sont alors plus difficiles du fait de la pauvreté le plus souvent engendrée par la séparation mais aussi parce que, « en milieu populaire, les couples sont davantage de type «fusionnel». Par conséquent, lorsque s’opère la séparation, les conflits sont beaucoup plus forts, le divorce à l’amiable n’étant pas de mise ici. »
Une métaphore de ce type de relation pourrait être celle de deux aimants qui selon le sens de leur champ magnétique, s’attirent ou se repoussent. De même dans le modèle de la fusion l’envers de la fusion est le rejet.
« Plus le niveau scolaire et professionnel est bas, plus, plus on rencontre de cas d’abandon et plus la séparation risque d’être conflictuelle »
De même, l’effet négatif du divorce des parents sur les résultats scolaires des enfants ne se constate que dans les milieux populaires. Aux effets toujours douloureux des séparations s’ajoutent la violence des conflits ou la perte des liens avec un des parents.

Gérard Neyrand remarque que la résidence alternée est beaucoup plus fréquente en cas de séparation à l’amiable. Plus il y a conflit dans le couple lors de la séparation, plus il risque d’y avoir désaccord concernant la résidence de l’enfant. Cette remarque est importante pour les travailleurs sociaux, car la situation est très comparable dans les situations de placement : si les parents s’opposent au placement l’enfant sera aussi confronté à des conflits d’appartenance.

A ce modèle fusionnel des couples dans les milieux populaires, s’ajoute une différenciation sexuelle des rôles très marquée. « La situation des femmes participe ainsi à la fois du consensus social, qui fait qu’il est plus difficile pour elles de trouver un emploi satisfaisant, et de leur attitude qui a tendance plus souvent à privilégier la vie familiale au détriment de leur carrière » .
Gérard Neyrand pointe que malgré des revenus moindres, de moins bons logements, une plus grande précarité professionnelle, les femmes sont plus fréquemment satisfaites que les hommes de leur situation d’isolement. « Le repli sur la relation à l’enfant est mieux vécu que pour les pères et explique leur désir moins fréquent de renouer des relations sentimentales. Beaucoup de mères se satisfont de ce recentrage sur l’enfant. » Les hommes supportent plus mal une situation à la quelle ils n’ont pas été socialisés et se vivent comme «parent isolé».De ce fait ils sont plus enclins à demander, et obtenir, de l'aide.
La conclusion de ce livre contient une très interessante citation d'Irène Théry : "Ce n'est pas un code mais deux codes compatibles qu'il faut mettre en place pour l'enfant(...), de même, ce n'est pas forcément une maison mais deux maisons compatibles qu'il faut à l'enfant si l'on veut que son line avec ses deux parents ait un sens" ; dés lors, peut-être l'essentiel est de penser l'allée et venue ses règles et ses rites." (Irène Thèry, "le démariage et la filiation", Revue Dialogue N°151).

L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée, par Gérard Neyrand [1ère de couverture]

L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée, par Gérard Neyrand [1ère de couverture]

L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée, par Gérard Neyrand [4e de couverture]

L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée, par Gérard Neyrand [4e de couverture]


Philippe Fabry » Livres » Gérard Neyrand : L' enfant face à la séparation des parents : une solution, la résidence alternée