philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Livres » Guy Dréano : Guide de l'éducation spécialisée

Guide de l'éducation spécialisée, par Guy Dréano

Parmi les incontournables de la formation d'éducateur spécialisé, ce livre de Guy Dréano, qui comprend une approche historique très complète, et dont je conseille particulièrement le chapitre 15 : "L'institution, un appui pour l'exercice".
Guy Dréano y montre que l'institution a deux piliers, le droit et l'éthique. La présentation très détaillée et concrète de ce qu'il entend par éthique est un outil de travail précieux, quelle que soit l'institution où l'on travaille.

Voici une présentation de ce livre par l'éditeur, sous forme d'interview, en 2003.

"Tout savoir sur l'éducation spécialisée, des fondements historiques à la réalité actuelle du métier.
L'éducation spécialisée constitue de nos jours un secteur professionnel à part entière, avec différents métiers et des formations spécifiques. Guy Dréano, éducateur, formateur, administrateur, a été témoin et acteur de l'évolution de ce secteur particulier de l'action sociale depuis le début de sa carrière. Son Guide de l’Éducation spécialisée (Dunod, 2003, 2e édition entièrement revue), propose repères et réflexion pour encadrer l’action, dans le contexte notamment de la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale.
Quels sont actuellement les différents publics concernés par l'éducation spécialisée ?
C’est au cours de la Seconde Guerre mondiale, que prend corps le concept, qui cheminait depuis un certain temps, "d’enfance inadaptée". Ce terme recouvrait alors toutes les difficultés d’adaptation de l’enfance : les déficiences mentales et physiques ainsi que les désordres de la conduite, dont la délinquance. En fait, et pendant un certain temps, les premiers acteurs de ce qui allait devenir l’éducation spécialisée s’intéressèrent surtout aux jeunes délinquants, puis ils intervinrent de plus en plus auprès d’autres catégories de difficultés, leur champ s’agrandissant d’ailleurs peu à peu à l’adolescence, puis aux jeunes adultes et, depuis ces dernières années, à toute personne en difficulté d’insertion sociale qui peut bénéficier de cette forme d’accompagnement pour récupérer, développer, maintenir les différents registres de son autonomie. Parallèlement à cette évolution, la notion d’inadaptation perdait peu à peu son usage générique, alors que se développaient et se précisaient les notions de handicap, l’éducation spécialisée s’avérant un recours dans les champs de l’aide sociale, du médico-social, voire du sanitaire (secteur psychiatrique).

Dans le contexte de l'action sociale, quelle est la fonction exacte de l'éducation spécialisée ?
Disons d’abord que, dans la mesure où les éducateurs sont amenés à intervenir auprès d'adultes, on parle aussi, maintenant, d'accompagnement spécialisé, le terme éducation évoquant davantage l'enfance. Cet accompagnement social spécialisé concerne l'ensemble des personnes pour lesquelles l'environnement naturel, en particulier la famille, ne peut pas, ne veut pas ou ne sait pas s'occuper. Les professionnels de l'éducation spécialisée sont chargés d'assurer cette suppléance. Pendant très longtemps, les éducateurs fonctionnaient un peu comme s'ils étaient des substituts des parents, mais aujourd'hui, c'est la fonction de suppléance qui prévaut. Dans le passé, un enfant placé était considéré comme un enfant orphelin, sa famille était véritablement mise entre parenthèses. À l'inverse, actuellement, même quand les parents ne peuvent pas, ne veulent pas ou ne savent pas s'occuper d'un enfant, ceux qui en assurent la suppléance doivent s'appliquer à faire vivre le plus possible la famille, y compris dans les situations où la justice intervient ou dans les cas, très rares, de déchéance parentale. Cette suppléance implique un engagement quotidien auprès des personnes accompagnées.
À l'origine, la profession s'exerçait presque exclusivement dans des lieux résidentiels, des internats. Progressivement d'autres structures plus ouvertes sont apparues - externat, semi-internat et l'éducation dite en milieu ouvert, où se distinguent deux formules : les actions éducatives "en milieu ouvert" (AEMO) qui sont des mesures prises de manière nominative, et les actions de prévention qui se font, elles, sans mandat, de manière anonyme, au gré des relations qui vont pouvoir s’établir avec ceux (individus et groupes) que les éducateurs vont juger prioritaires.
L'éducation spécialisée représente-t-elle un secteur professionnel à part entière ?
L'éducation spécialisée recouvre aujourd’hui plusieurs professions : d’une part, les éducateurs spécialisés, qui constituent le socle de la profession et qui sont encore les plus nombreux, et les moniteurs-éducateurs. Cet ensemble représente actuellement une population de 100 000 personnes, ce qui devient considérable. D’autre part, les aides médico-psychologiques (objet d’un autre guide, 2e édition à paraître), qui ont développé un corps professionnel peu à peu spécifique aux difficultés de la grande dépendance, secteur dans lequel intervenaient très peu les éducateurs spécialisés.

Acteurs essentiels de l'accompagnement éducatif et social, les éducateurs spécialisés exercent-ils toujours le même métier, qu'ils travaillent auprès d'enfants, d'adolescents ou encore de personnes handicapées ?
La formation propose les principes et les enseignements fondamentaux, et surtout, elle amène à se poser les bonnes questions, dont les réponses ne seront pas exactement les mêmes en fonction des populations. En ce sens, la profession recouvre des métiers très divers – être éducateur en prévention avec des hors-la-loi est très différent du travail avec des enfants trisomiques ou des personnes qui ont subi un traumatisme crânien. L'approche de chaque population est différente, ce qui implique que les métiers, petit à petit, se différencient. D'où la nécessité, au-delà des formations polyvalentes de base, d'organiser une formation complémentaire et spécifique à chaque métier au cours de l’activité.

La fonction d'éducateur requiert-elle des qualités particulières ?
Ce genre de travail demande avant tout d'avoir la conviction personnelle que les personnes accompagnées ont toutes, quelle que soit leur situation, quelque chose à voir avec soi. Si on ne peut pas s'identifier un tant soit peu à l'autre, on ne peut pas l'aider. Un minimum d'empathie pour les personnes dont on s'occupe est nécessaire : pour moi, c'est une priorité. Ensuite, le métier d'éducateur implique d'avoir un très fort désir d'aider les autres, sans toutefois tomber dans l'excès de croire aux miracles. Il faut être raisonnablement fou ! Par ailleurs, la part d'engagement est importante. On ne peut pas être éducateur si on n'a pas un certain idéal et si on n’éprouve pas un certain plaisir à rechercher des leviers qui vont faire aller les choses dans le sens d’un mieux-être pour l’autre. Actuellement, on peut vivre convenablement de ce métier et on peut même y faire une carrière, mais à défaut d’un certain engagement, outre l’absence certaine de résultats, on risque de beaucoup s’ennuyer. Enfin, selon les lieux, les compétences requises sont différentes mais la patience et la persévérance sont toujours nécessaires. En fait, si le métier d'éducateur demande de nombreuses qualités, les bons éducateurs ont souvent des personnalités différentes et il n'existe pas de prototype du "bon éducateur".

La formation professionnelle répond-elle, selon vous, aux besoins du terrain ?
Dans toute profession, l'adéquation entre la formation suivie à l'école et la réalité du terrain est rarement parfaite. Pour avoir dirigé une école pendant un certain nombre d'années, et connaître assez bien les autres écoles, il me semble que ce secteur professionnel peut être assez fier de son dispositif de formation, qui peut sans doute faire toujours mieux, mais qui, quand on s’y intéresse de près, a toujours été à la pointe des innovations en matière de formation : alternance, transversalité, modularité, accompagnement individualisé, parcours personnalisé, groupes de réflexion sur les pratiques, effort constant pour associer les professionnels "terrain" à la démarche de formation… Tout cela se traduit par des lieux aux identités suffisamment marquées pour qu’au-delà des programmes, l’effet formation transcende.
Je pense que l'essentiel dans la formation ne réside pas dans les réponses que l'on apporte aux étudiants, mais dans le fait de les entraîner à se poser les bonnes questions. Or actuellement, face à la nécessité de former de plus en plus d'éducateurs pour combler les déficits, la formation court le risque de devenir trop universitaire et, ainsi, de ne plus créer suffisamment les conditions pour que les étudiants se posent des questions et développent une vraie conscience des problèmes.
Pour résumer, la formation est indispensable, elle est nécessaire avant de se lancer sur le terrain, mais elle est surtout essentielle tout au long de la vie professionnelle, avec une articulation à la pratique pour permettre de réfléchir sur cette pratique. "Comment faire toujours mieux" est finalement un état d’esprit, une discipline qui oblige à propos de tout de se poser inlassablement la question du bien fondé des actions.

Longtemps attendue, la loi de rénovation de l'action sociale et médico-sociale a été adoptée le 2 janvier 2002. Quelle est la portée de cette loi pour l'éducation spécialisée ?
En fait, cette loi entérine et rend obligatoire un certain nombre de pratiques et de valeurs qui, pour la plupart, étaient déjà en vigueur dans la majorité des structures de l'éducation spécialisée. Cette loi conforte donc le fait que le sujet et son projet priment sur la structure. En particulier, elle insiste sur le respect des personnes, le souci de leur dignité, de leur intégrité et de leur vie privée. Cette loi développe aussi l'idée que les personnes accompagnées doivent être véritablement actrices de leur vie, les structures et les éducateurs qui les accueillent doivent créer les conditions des possibles pour favoriser leur autonomie. Elle rappelle la nécessité d'essayer de maintenir les personnes dans leur lieu habituel, d'éviter les abus de pouvoir dans les institutions et d'encourager la participation des familles et des représentants de ces personnes. Au-delà de la loi même et du discours qui l'entoure, je crois qu'il est important que toutes les intentions soient traduites de manière pratique et quotidienne dans la vie des institutions. Pour cela, il convient que les institutions mettent en place, à chaque fois que ce n'est pas encore le cas, des laboratoires de réflexion, des lieux où, régulièrement, se pose la question de l’amélioration de la pratique. Car le droit ne remplace pas l'éthique, et si la loi de 2002 n'est pas accompagnée par une démarche éthique constante et très profonde, elle peut rester lettre morte.

Vous êtes très impliqué professionnellement dans le secteur social et médicosocial, comment imaginez-vous l'avenir de l'éducation spécialisée ?
Les besoins en la matière sont en constante progression et la demande restera longtemps importante. Sans doute les structures vont encore et régulièrement évoluer, sans doute également pourrons-nous profiter de nouveaux éclairages, de même que les valeurs à l’oeuvre seront aussi amenées à évoluer. En définitive, l’éducation spécialisée restera une activité complexe, non réductible à l’une ou l’autre théorie, et où la dimension humaine fera toujours la différence, dans des circonstances (vie quotidienne suffisamment partagée entre les éducateurs et les personnes accompagnées) qui, espérons-le, en fourniront la substance, dans des conditions compatibles avec l’exercice de ces professions.
© DUNOD, 10 Février 2003"

Guide de l'éducation spécialisée, par Guy Dréano [1ère de couverture]

Guide de l'éducation spécialisée, par Guy Dréano [1ère de couverture]

Guide de l'éducation spécialisée, par Guy Dréano [4e de couverture]

Guide de l'éducation spécialisée, par Guy Dréano [4e de couverture]


Philippe Fabry » Livres » Guy Dréano : Guide de l'éducation spécialisée