philippefabry.eu, pour la formation en travail social


Philippe Fabry » Livres » Benoît Bastard : Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?

Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?, par Benoît Bastard

"Les intervenants sociaux sont aujourd’hui confrontés à des impératifs contradictoires dans les situations de violence conjugale. A la norme qui pousse au maintien des relations enfants-parents s’oppose le souci de protection des victimes, femmes et enfants. Le premier impératif s’est imposé dans la pratique des professionnels : l’intérêt du développement des enfants commande qu’ils conservent certaines relations avec le parent dont ils sont séparés, quoi qu’il ait fait, pour éviter qu’ils ne s’en fassent une représentation fausse - idéalisation ou diabolisation. A cette posture répond l’idée inverse que les conjoints violents sont de mauvais parents, ce qui exige qu’ils soient écartés de la vie de leurs enfants. Peut-on dépasser cette opposition qui divise les interventions et nuit à leur lisibilité ? Comment faire pour que la protection des victimes n’empêche pas de ménager une place pour le conjoint violent, dans l’intérêt de ses enfants, sans cependant conduire au déni de la violence ?"

Extrait (pages 14-15) : "D’où vient le paradigme du maintien des relations enfants-parents ? Par-delà le droit, qui prévoit, comme on l’a indiqué, que l’enfant maintienne des relations avec ses père et mère, se trouve ici en jeu toute une manière de concevoir le développement de l’enfant et toute une conception de la construction des relations enfants-parents. Pour en rendre compte, on fera appel au savoir des psys et à l’analyse des pratiques qui visent précisément à soutenir et à encadrer ces relations, pratiques qui ont connu un formidable développement au cours des vingt-cinq dernières années. Si le législateur et les juges s’attachent aujourd’hui à appliquer le principe de la coparentalité à toutes les situations familiales, c’est qu’ils y sont poussés par un courant doté d’une grande force et qui prend racine dans des savoirs psychologiques largement diffusés, si ce n’est dans le corps social tout entier, du moins dans le champ des professionnels de la famille.
Sans qu’il soit aisé de retracer les origines de ce mouvement, il faut redire de quoi il est fait. Les travaux des psychologues, dans l’après-guerre, ont beaucoup contribué à rendre apparente l’importance que revêt, pour la socialisation de l’enfant, la relation qu’il entretient avec les adultes qui l’ont à leur charge, en général ses parents. Il n’est pas nécessaire de revenir en détail ici sur ces travaux qui ont porté notamment sur des enfants placés, et de ce fait trop souvent carencés, et qui ont montré l’effet terrible du manque de soins, du manque d’attention et d’affection. En se développant et en se formalisant, ces savoirs psychologiques ont certainement contribué à donner corps à une vision renouvelée du rôle des parents. Le développement de la problématique de la parentalité inclut en effet des représentations et des normes qui portent sur la présence effective des parents, une présence physique, une présence régulière, avec une dimension pratique autant qu’affective. Curieusement, dans un temps où s’affirme la dissociation des éléments de la parentalité – le biologique, le légal et le social –, tout se passe comme si les évolutions en cours conduisaient à focaliser l’attention sur l’importance des relations qui suivent les liens biologiques. "

Vous pouvez télécharger ce livre gratuitement en cliquant sur ce lien

Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?, par Benoît Bastard [1ère de couverture]

Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?, par Benoît Bastard [1ère de couverture]

Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?, par Benoît Bastard [4e de couverture]

Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?, par Benoît Bastard [4e de couverture]


Philippe Fabry » Livres » Benoît Bastard : Un conjoint violent est-il un mauvais parent ?